Vue avant et après restauration

L’œuvre et sa technique :

Jean-Constant PAPE est un artiste peintre né en 1865 à Meudon et mort en 1920 à Clamart. Grand admirateur de Corot, et formé dans plusieurs ateliers parisiens, Constant Pape s’illustre dans la peinture de paysage. Particuliers, Etat et Mairies lui passent de nombreuses commandes. Il expose au Salon de 1886 à 1920, et participe régulièrement au Salon des Artistes Français. Il obtient la médaille d’or en 1913 pour sa peinture présentée ici et intitulée Les Brillants à Meudon. L’œuvre est aujourd’hui conservée à la Mairie d’Issy-les-Moulineaux.

Il s’agit d’une peinture à l’huile sur toile sur laquelle un ancien vernis épais a été appliqué. L’œuvre est aujourd’hui dans un mauvais  un état de présentation et de conservation. D’un part, le support est distendu, faisant apparaître des déformations importante pouvant compromettre l’intégrité de la couche picturale (formation de craquelures, perte d’adhésion de la couche picturale). D’autre part, la couche picturale est à la fois très encrassée (fumée et dépôt nicotinique) et l’épais vernis irrégulier est désormais jauni à cause de l’oxydation de la résine.

La restauration de l’œuvre a été réalisée dans le but d’améliorer son état de présentation et de conservation en traitant à la fois le support toile et la couche picturale.

Interventions réalisées :

Le support a été intégralement déposé de son châssis afin de reprendre la tension et les déformations du support. Les bords de la toile, fragiles et oxydés, ont été renforcés par des bandes de non-tissé de polyester et une toile intermédiaire, appelée « doublage aveugle », a été mise en tension sur le châssis. Elle permettra d’une part d’éviter le contact de la toile originale avec le châssis et de prévenir ainsi les marques. D’autre part, cette toile intermédiaire aura pour rôle de réduire les vibrations et de minimiser les échanges climatiques néfastes pour le support. Un dos protecteur a été aménagé au revers dans le but d’isoler de la poussière.

La couche picturale a ensuite été décrassée avec une solution de nettoyage aqueuse appliquée au pinceau pour mieux atteindre les anfractuosité de la matière. Après la réalisation de tests du solubilisation du vernis, un nettoyage différencié du vernis s’impose pour la partie supérieure et inférieure en raison de la sensibilité de certaines couleurs face aux solvants mis en œuvre. Un gel avec le pH ajusté, mais sans solvant, a permis d’alléger la couche de vernis en partie inférieure. La peinture à l’huile est jeune (tout juste 100 ans) et les couleurs sont fragiles. Pour cette raison, il a été décidé de conserver une fine couche de vernis protecteur sur l’ensemble.

Un nouveau vernis protecteur a été appliqué sur l’ensemble de l’œuvre avant la réintégration colorée.

 

Vue avant et après restauration

Vue générale avant et après restauration

montre les interventions réalisées sur le support toile

Dépose de la toile et reprise des déformations

Détail du décrassage aqueux réalisé au pinceau

Décrassage de la couche picturale avec une solution aqueuse

Vue générale de l'oeuvre de Jean Constant Pape montrant le résultat du décrassage

Vue générale du décrassage en cours

Skills

Leave a Comment